Publié
DerniĂšre actualisation
temps de lecture

IACM-Bulletin du 28 novembre 2017

Authors

đŸ·ïž Science/Homme — Selon une Ă©tude clinique, le THC est efficace dans le traitement de l’apnĂ©e du sommeil

Lors d’une Ă©tude conduite Ă  l’UniversitĂ© d’Illinois, Ă  Chicago, le THC s’est trouvĂ© ĂȘtre efficace dans la rĂ©duction des symptĂŽmes chez les patients atteints d’apnĂ©e obstructive du sommeil. Sur 73 patients atteints d’apnĂ©e du sommeil modĂ©rĂ© ou sĂ©vĂšre, 25 ont reçu un placebo, 21 ont reçu 2.5mg de THC/jour et 27 ont reçu 10mg de THC 1 heure avant d’aller se coucher pendant 6 semaines.

Les patients ayant reçu 10mg/jour de THC sont ceux qui ont exprimĂ© la meilleure satisfaction de maniĂšre globale avec le traitement. En comparaison avec le placebo, le THC a rĂ©duit de façon doses-dĂ©pendantes l’index de l’apnĂ©e de 10.7 et 12.9 par heure aux doses de 2.5 et 10mg, respectivement.

Aussi, le THC Ă  raison de 10mg/jour a rĂ©duit le niveau de somnolence de 3.8 points contre une rĂ©duction de 2.3 points chez le groupe placebo. Les auteurs ont conclu que “ces observations soutiennent le potentiel thĂ©rapeutique chez le patient atteint d’apnĂ©e obstructive du sommeil”.

Carley DW, Prasad B, Reid KJ, Malkani R, Attarian H, Abbott SM, Vern B, Xie H, Yuan C, Zee P. Pharmacotherapy of Apnea by Cannabimimetic Enhancement, the PACE Clinical Trial: Effects of Dronabinol in Obstructive Sleep Apnea. Sleep. 7 Nov 2017. [in press]

đŸ·ïž Science/Homme — L’utilisation de cannabis entraine une lĂ©gĂšre augmentation du risque d’accident mortel

Lors d’une Ă©tude menĂ©e par des chercheurs de l’UniversitĂ© de Lyon, France, sur 4 059 conducteurs impliquĂ©s dans des accidents mortels, l’utilisation de cannabis a Ă©tĂ© associĂ©e de façon modĂ©rĂ©e Ă  une lĂ©gĂšre augmentation des risques. Les chercheurs ont alors analysĂ© les Ă©chantillons de sang des conducteurs responsables de ces accidents et ceux des conducteurs impliquĂ©s, mais pas responsables.

La proportion des conducteurs sous l’influence de l’alcool est de 2.1% et de 3.4% pour le cannabis. Les conducteurs sous l’influence de l’alcool ont 18 fois plus de risque d’ĂȘtre responsables d’un accident mortel. Les conducteurs sous l’influence du cannabis ont une augmentation trĂšs lĂ©gĂšre du risque de causer un accident mortel, soit 1.65 fois plus de risque.

Martin JL, Gadegbeku B, Wu D, Viallon V, Laumon B. Cannabis, alcohol and fatal road accidents. PLoS One. 2017;12(11):e0187320.

🌐 Etats-Unis — L’Agence amĂ©ricaine des mĂ©dicaments Ă©met un avertissement envers les entreprises qui vendent du CBD et qui revendiquent ses effets bĂ©nĂ©fiques contre le cancer

La FDA (Food and Drug Administration) aux États-Unis a lancĂ© un avertissement Ă  4 entreprises qui font la promotion du CBD comme ayant des propriĂ©tĂ©s prĂ©ventives ou curatives sur le cancer.

Le Docteur Scott Gottlieb de la FDA a dĂ©clarĂ© dans un communiquĂ© : “Les substances qui contiennent des composants de marijuana seront traitĂ©es comme tous les autres produits qui lancent des affirmations non prouvĂ©es sur le potentiel de rĂ©duction du cancer et des tumeurs.”

“Il existe un nombre grandissant de thĂ©rapies efficaces contre de nombreux cancers. Laisser les gens acheter sur un marchĂ© illĂ©gal des produits dont les bĂ©nĂ©fices ne sont pas Ă©tablis peut les Ă©carter de ceux qui ont prouvĂ© leurs propriĂ©tĂ©s anti tumorales et qui pourraient rallonger des vies.” La vente et le marketing des produits CBD sont une violation de la loi fĂ©dĂ©rale sur les denrĂ©es alimentaires, les mĂ©dicaments et les produits cosmĂ©tiques, et peuvent causer un risque sanitaire significatif si le produit en question empĂȘche le patient de recevoir des soins mĂ©dicaux adĂ©quats.”

UPI du 1er Novembre 2017

En bref

🌐 Australie — Nouvelle Ă©tude sur le cannabis mĂ©dical

Une Ă©quipe de chercheurs et de mĂ©decins australiens viennent de se voir attribuer la somme de 2,5 millions de dollars amĂ©ricains pour Ă©tablir un centre de coordination des recherches dans l’utilisation mĂ©dicale du cannabis. Le Australian Centre for Cannabinoid Clinical and Research Excellence (ACRE) sera codirigĂ© par le professeur Jenny Martin de l’UniversitĂ© de Newcastle et le professeur Nadia Solowij de l’UniversitĂ© de Wollongong.

AttachĂ© de presse de l’UniversitĂ© du Wollongong du 10 Novembre 2017

đŸ·ïž Science/Homme — Les orgasmes amĂ©liorent la concentration d’endocannabinoĂŻde 2-AG

Lors d’une Ă©tude avec des hommes et des femmes volontaires en bonne santĂ©, la masturbation jusqu’à l’orgasme a augmentĂ© la concentration en endocannabinoĂŻdes 2- AG (2-arachidonoylglycerol) dans le sang. Les auteurs ont conclu que «les endocannabinoĂŻdes doivent jouer un rĂŽle important dans les rĂ©ponses aux cycles sexuels, ce qui peut laisser penser Ă  une possible implication dans la comprĂ©hension et le traitement des dysfonctionnements sexuels ».

Centre de MĂ©decine Psychosociale, Centre MĂ©dical Universitaire de Hambourg-Eppendorf, Hambourg, Allemagne.

Fuss J, et al. J Sex Med. 2017;14(11):1372-1379.

đŸ·ïž Science/Animal — Les cannabinoĂŻdes administrĂ©s avec de la graisse augmentent leur concentration dans la lymphe

Si le CBD (cannabidiol) et le THC (tĂ©trahydrocannabinol) sont administrĂ©s Ă  des rats en mĂȘme temps que des lipides, leurs concentrations dans la lymphe seront plus importantes que si les cannabinoĂŻdes sont administrĂ©s sans lipides. Les auteurs ont Ă©crit que, "administrer des cannabinoĂŻdes accompagnĂ© d’un repas riche en graisse ou d’une formulation Ă  base de lipide, a le potentiel d’ĂȘtre une approche thĂ©rapeutique pour amĂ©liorer le traitement de la sclĂ©rose en plaques (SP) ou d’autres maladies auto-immunes.”

École de Pharmacie, UniversitĂ© de Nottingham, Grande-Bretagne.

Zgair A, et al. Sci Rep. 2017;7(1):14542.

đŸ·ïž Science/Homme — Aucune diffĂ©rence notable entre placebo et THC dans le traitement de la douleur chez des patients atteints de sclĂ©rose en plaques.

Dans une Ă©tude contrĂŽlĂ©e par placebo sur 240 patients atteints de sclĂ©rose en plaques et souffrant de douleurs neuropathiques, il n’y a pas eu de rĂ©duction significative de la douleur entre le groupe sous placebo et celui sous THC.

Clinique de LĂŒdenscheid, Clinique de Neurologie, Allemagne

Schimrigk S, et al. Eur Neurol. 2017;78(5-6):320-329.

đŸ·ïž Science/Homme — La consommation de cannabis peut ĂȘtre associĂ©e Ă  une augmentation du risque de cancer des testicules

Une analyse sur 42.250 hommes suivis pendant 45 ans; a montrĂ© une augmentation du risque de dĂ©clarer un cancer des testicules pour les utilisateurs de cannabis entre l’ñge de 18 et 21 ans, quand l’étude a commencĂ©e. L’usage intensif a Ă©tĂ© associĂ© Ă  2.5 fois plus de risques.

Université de Northern Colombie Britanique, Prince George, Canada.

Callaghan RC, et al. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2017 ;26(11):1644-1652.

đŸ·ïž Science/Animal — L’activation du rĂ©cepteur CB2 rĂ©duit l’inflammation des cellules nerveuses aprĂšs une lĂ©sion cĂ©rĂ©brale traumatique

Lors d’une Ă©tude sur des souris, l’activation du rĂ©cepteur cannabinoĂŻde 2 a rĂ©duit l’inflammation des cellules nerveuses aprĂšs une lĂ©sion cĂ©rĂ©brale traumatique

FacultĂ© de MĂ©decine de Georgie, UniversitĂ© Augusta, États-Unis.

Braun M, et al. Brain Behav Immun. 24 Oct 2017. [in press]

đŸ·ïž Science/Animal — Le THC peut rĂ©duire la douleur des migraines

Dans un modĂšle de rat de migraine le THC a rĂ©duit les douleurs quand il a Ă©tĂ© administrĂ© au bon dosage et au bon moment. Les auteurs ont rĂ©digĂ© dans leur conclusion que ceci “soutient la preuve anecdotique de l’utilisation des cannabinoĂŻdes comme traitement contre la migraine chez l’humain et qu’ils impliquent le rĂ©cepteur CB1”

Programme d’Étude SupĂ©rieure en Neuroscience, UniversitĂ© de l’État de Washington, Pullman, États-Unis.

Kandasamy R. et al. Eur J Pharmacol. 27 Oct 2017. [in press]

đŸ·ïž Science/Animal — De faibles doses de THC inversent les troubles cognitifs en fonction de l’ñge

Une souris femelle ĂągĂ©e de 24 mois Ă  qui on a injectĂ© une fois une trĂšs faible dose de THC se trouve ĂȘtre en meilleure forme qu’une souris du mĂȘme Ăąge non traitĂ©e. Ses performances se sont trouvĂ©es ĂȘtre Ă©gales Ă  celles d’une souris ĂągĂ©e de 2 mois, et ce dans l’analyse de 6 comportements diffĂ©rents qui mesurent les aspects de la mĂ©moire et de l’apprentissage. L’effet bĂ©nĂ©fique du THC a durĂ© 7 semaines.

Faculté de Médecine Sackler, Université de Tel Aviv, Israël.

Sarne Y, et al. Neurobiol Aging. 2017;61:177-186.