Publié
DerniĂšre actualisation
temps de lecture

IACM-Bulletin du 28 janvier 2018

Authors

đŸ·ïž Science/Homme — L’usage du cannabis protĂšge contre les maladies alcooliques du foie

L’usage de cannabis protĂšge les consommateurs d’alcool contre les consĂ©quences nĂ©gatives de celui-ci sur le foie, y compris le foie gras, la cirrhose et le cancer du foie (carcinome hĂ©patocellulaire). C’est le rĂ©sultat d’un groupe de travail rĂ©unissant des scientifiques de plusieurs institutions aux États-Unis, notamment l’UniversitĂ© du Massachusetts, l’HĂŽpital GĂ©nĂ©ral Howard County en Colombie, l’HĂŽpital et le Centre MĂ©dical d’Englewood et le Centre MĂ©dical Maimonides de Brooklyn. Les scientifiques ont analysĂ© les donnĂ©es d’une base de donnĂ©es de 319 514 adultes ayant des antĂ©cĂ©dents d’abus d’alcool.

Le risque de dĂ©veloppement de toutes les maladies hĂ©patiques alcooliques chez les patients, qui consommaient Ă©galement du cannabis, Ă©tait significativement infĂ©rieur Ă  celui des non-utilisateurs de cannabis. Le risque de dĂ©velopper une stĂ©atose hĂ©patique a Ă©tĂ© rĂ©duit de 45% et le risque de dĂ©velopper une cirrhose alcoolique du foie a Ă©tĂ© rĂ©duit de 55%. La santĂ© du foie Ă©tait encore meilleure pour les utilisateurs de cannabis dĂ©pendants que pour les utilisateurs non dĂ©pendants. Les auteurs ont conclu que leurs «rĂ©sultats suggĂšrent que l’usage de cannabis est associĂ© Ă  une rĂ©duction de l’incidence des maladies du foie chez les alcooliques».

Adejumo AC, Ajayi TO, Adegbala OM, Adejumo KL, Alliu S, Akinjero AM, Onyeakusi NE, Ojelabi O, Bukong TN. Cannabis use is associated with reduced prevalence of progressive stages of alcoholic liver disease. Liver Int. 17 Jan 2018. [in press]

đŸ·ïž Science/Homme — Les attentes et les prĂ©jugĂ©s des enquĂȘteurs influencent sur les scores des capacitĂ©s cognitives des participants

Les examinateurs prĂ©disent la performance des consommateurs de cannabis et des non-utilisateurs. C’est le rĂ©sultat de scientifiques de l’UniversitĂ© de Palo Alto, aux États-Unis, qui a rĂ©cemment Ă©tĂ© publiĂ© dans la revue Archives of Clinical Neuropsychology. Les participants comprenaient 41 utilisateurs de cannabis et 20 non-utilisateurs. Avant les tests, les examinateurs qui ne connaissaient pas le statut d’utilisateur du participant Ă©valuaient en privĂ© s’ils croyaient que le candidat Ă©tait un utilisateur de cannabis ou un non-utilisateur. Les examinateurs ont ensuite administrĂ© une batterie de tests neuropsychologiques et de performance.

Les jugements des examinateurs sur les utilisateurs de cannabis Ă©taient exacts Ă  75%, mais ils n’étaient pas en mesure de prĂ©dire avec prĂ©cision le statut des non-utilisateurs. L’apprĂ©ciation des examinateurs sur le statut d’utilisateur de cannabis a prĂ©dit la performance mĂȘme aprĂšs avoir contrĂŽlĂ© le statut d’utilisateur rĂ©el, indiquant une vulnĂ©rabilitĂ© quant aux attentes de l’examinateur. Les auteurs ont Ă©crit que ces rĂ©sultats «ont des implications importantes Ă  la fois pour la recherche et les paramĂštres cliniques, car les scores peuvent partiellement reflĂ©ter les attentes des examinateurs concernant les effets du cannabis plutĂŽt que les capacitĂ©s cognitives des participants».

Sodos LM, Hirst RB, Watson J, Vaughn D. Don’t Judge a Book by its Cover: Examiner Expectancy Effects Predict Neuropsychological Performance for Individuals Judged as Chronic Cannabis Users. Arch Clin Neuropsychol. 12 Jan 2018. [in press]

En bref

đŸ·ïž Science/Homme — L’introduction des lois sur le cannabis mĂ©dical aux États-Unis a diminuĂ© la violence dans les États frontaliers du Mexique.

Les scientifiques ont montrĂ© que l’introduction de lois sur le cannabis mĂ©dical entraĂźne une diminution des crimes violents dans les États frontaliers du Mexique. La rĂ©duction de la criminalitĂ© touche particuliĂšrement les comtĂ©s proches de la frontiĂšre (moins de 350 kilomĂštres) et concerne les crimes liĂ©s au trafic de drogue.

École norvĂ©gienne d’Économie, Bergen, NorvĂšge.

Gavrilova E, et al. Economic J. 16 Nov 2017. [in press]

đŸ·ïž Science/Homme — L’utilisation du cannabis est associĂ©e Ă  une rĂ©duction des prescriptions d’opioĂŻdes chez les patients infectĂ©s par le VIH

Dans un groupe de 780 patients infectĂ©s par le VIH et souffrant de douleur chronique, les consommateurs de cannabis prĂ©sentent un ratio de prescription d’opioĂŻdes plus faible. 372 patients utilisaient des opioĂŻdes sur prescription. Chez les consommateurs de cannabis, le ratio Ă©tait infĂ©rieur de 43% Ă  celui des non-utilisateurs. Les auteurs ont conclu que «leurs donnĂ©es suggĂšrent que la nouvelle lĂ©gislation sur le cannabis mĂ©dical pourrait rĂ©duire le besoin d’analgĂ©siques opioĂŻdes pour la gestion de la douleur, ce qui pourrait aider Ă  traiter les effets indĂ©sirables associĂ©s Ă  l’utilisation d’analgĂ©siques opioĂŻdes».

UniversitĂ© de la ville de New York, École de MĂ©decine, États-Unis.

Sohler NL, et al. Subst Use Misuse. 2018:1-6.

🌐 ThaĂŻlande — Le pays veut rendre le cannabis disponible Ă  des fins mĂ©dicales

Une rĂ©cente rĂ©Ă©criture des lois strictes de la nation sur les stupĂ©fiants permettra de vendre lĂ©galement du cannabis en vente libre sur prescription mĂ©dicale, a dĂ©clarĂ© Sirinya Sitdhichai, directrice de la Commission de ContrĂŽle des StupĂ©fiants, le 16 janvier. Les lois sur les drogues ont Ă©tĂ© rĂ©Ă©crites Ă  la fin de l’annĂ©e 2017 et ces rĂ©visions sont en cours d’examen par le Cabinet, a dĂ©clarĂ© Sirinya. Une fois les nouveaux rĂšglements approuvĂ©s, ils seront soumis aux votes du Parlement provisoire nommĂ© par la junte.

Khaosod English du 17 janvier 2018

🌐 Portugal — Soutien des mĂ©decins pour la mise Ă  disposition de cannabis aux patients

Le 11 janvier, l’influente Association des MĂ©decins du Portugal a appelĂ© Ă  la lĂ©galisation des mĂ©dicaments Ă  base de cannabis. Le mĂȘme jour, le Parlement a commencĂ© Ă  dĂ©battre d’un projet de loi qui vise Ă  permettre aux patients de cultiver du cannabis chez eux. Le Portugal dispose de l’une des politiques les plus libĂ©rales au monde en matiĂšre de drogue et dispose Ă©galement de plantations de cannabis lĂ©gales destinĂ©es Ă  l’exportation. Le Portugal a influencĂ© plusieurs autres pays de l’UE ces derniĂšres annĂ©es quant au statut du cannabis Ă  usage mĂ©dical.

Reuters du 11 janvier 2018

đŸ·ïž Science/Homme — Le nombre de rĂ©cepteurs CB2 est augmentĂ© dans le cerveau des patients atteints de SLA

AprĂšs la mort des patients souffrant de SLA (sclĂ©rose latĂ©rale amyotrophique), leur cerveau contenait plus de rĂ©cepteurs CB2 que les personnes en bonne santĂ©, tandis que le rĂ©cepteur CB1 n’était pas affectĂ©. Les auteurs ont conclu que «ces observations soutiennent que le ciblage de ce rĂ©cepteur peut servir Ă  dĂ©velopper des thĂ©rapies neuroprotectrices chez ce type de patients».

Faculté de Médecine, Université de Complutense, Madrid, Espagne.

Espejo-Porras F, et al. Amyotroph Lateral Scler Frontotemporal Degener. 2018:1-10.

đŸ·ïž Science/Homme — L’utilisation de cannabis n’a pas rĂ©duit l’efficacitĂ© de la vaccination contre l’hĂ©patite B

Dans une Ă©tude portant sur 9 importants consommateurs de cannabis et 9 non-utilisateurs, vaccinĂ©s contre l’hĂ©patite B, le cannabis s’est rĂ©vĂ©lĂ© n’avoir aucun impact sur l’efficacitĂ© de la vaccination, c’est-Ă -dire l’immunitĂ© contre l’hĂ©patite B.

École de MĂ©decine David Geffen Ă  l’UniversitĂ© de Californie, Los Angeles, États-Unis.

Kiertscher SM, et al. J Neuroimmune Pharmacol. 16 Jan 2018. [in press]

đŸ·ïž Science/Homme — L’usage de cannabis n’a aucune influence sur la fonction des reins

Dans une Ă©tude portant sur 13 995 adultes, l’usage autodĂ©clarĂ© du cannabis, passĂ© ou prĂ©sent, n’a eu aucune influence sur la fonction rĂ©nale.

École de SantĂ© publique de Harvard T.H. Chan, Boston, États-Unis.

Lu C, et al. Am J Med. 29 DĂ©c 2017. [in press]