Publié
DerniĂšre actualisation
temps de lecture

IACM-Bulletin du 2 janvier 2018

Authors

đŸ·ïž Science/Homme — Le cannabis peut ralentir l'inflammation du cerveau chez les patients infectĂ©s par le VIH et peut maintenir les performances cognitives

Selon une nouvelle Ă©tude de l’UniversitĂ© du Michigan, aux États-Unis, le cannabis pourrait ralentir le processus, dans lequel le dĂ©clin mental peut toucher jusqu'Ă  50% des patients infectĂ©s par le VIH. "On croit que la fonction cognitive diminue chez beaucoup de personnes vivant avec le VIH en partie Ă  cause de l'inflammation chronique qui se produit dans le cerveau", a dĂ©clarĂ© Norbert Kaminski, auteur principal de l'Ă©tude, publiĂ©e dans le journal AIDS. "Cela arrive parce que le systĂšme immunitaire est constamment stimulĂ© pour combattre la maladie."

L'Ă©quipe de recherche a dĂ©couvert que les composĂ©s du cannabis pouvaient agir comme anti-inflammatoires, en rĂ©duisant le nombre de certains globules blancs, appelĂ©s monocytes CD16, et en diminuant les protĂ©ines (protĂ©ine 10 inductible par l’interfĂ©ron gamma) qu'ils libĂšrent dans le corps. Les chercheurs ont prĂ©levĂ© des Ă©chantillons de sang de 40 patients sĂ©ropositifs qui ont dĂ©clarĂ© avoir consommĂ© ou non du cannabis. Ensuite, ils ont isolĂ© les globules blancs de chaque donneur et Ă©tudiĂ© les niveaux de cellules inflammatoires et l'effet du cannabis sur les cellules. Ils ont conclu que «les composants du cannabis, y compris le THC, peuvent ralentir les processus monocytaires pĂ©riphĂ©riques impliquĂ©s dans la neuroinflammation associĂ©e au VIH».

Rizzo MD, Crawford RB, Henriquez JE, Aldhamen Y, Gulick P, Amalfitano A, Kaminski NE. HIV-infected cannabis users have lower circulating CD16+ monocytes and IP-10 levels compared to non-using HIV patients. AIDS. 30 Nov 2017. [in press]

Marijuana may help HIV patients keep mental stamina longer

đŸ·ïž Science/Homme — Selon une Ă©tude clinique, le cannabidiol peut ĂȘtre utile dans la schizophrĂ©nie

Le cannabinoĂŻde de la plante cannabidiol (CBD) s'est montrĂ© prometteur dans un essai clinique en tant que nouveau traitement potentiel contre les psychoses, c’est ce qu’ont Ă©crit les scientifiques du King's College Ă  Londres, au Royaume-Uni. Dans l'essai, 88 patients ont reçu soit 1000 mg de CBD soit un placebo pendant six semaines, en plus de leurs mĂ©dications d’antipsychotiques existants. Les patients traitĂ©s par du CBD avaient des niveaux plus faibles de symptĂŽmes psychotiques que ceux ayant reçu un placebo.

L'Ă©tude a rĂ©vĂ©lĂ© que les patients traitĂ©s avec le CBD Ă©taient plus susceptibles d'ĂȘtre jugĂ©s «amĂ©liorĂ©s» par leur psychiatre et qu'il y avait des signes de meilleures performances cognitives. Les auteurs ont conclu dans leur article que «ces rĂ©sultats suggĂšrent que le CBD a des effets bĂ©nĂ©fiques chez les patients atteints de schizophrĂ©nie. Comme les effets du CBD ne semblent pas dĂ©pendre de l'antagonisme des rĂ©cepteurs de la dopamine, cet agent peut reprĂ©senter une nouvelle classe de traitement pour ce trouble.»

McGuire P, Robson P, Cubala WJ, Vasile D, Morrison PD, Barron R, Taylor A, Wright S. Cannabidiol (CBD) as an Adjunctive Therapy in Schizophrenia: A Multicenter Randomized Controlled Trial. Am J Psychiatry. 15 Dec 2017. [in press]

Reuters du 15 DĂ©cembre 2017

🌐 NorvĂšge — La NorvĂšge veut dĂ©criminaliser l'usage des drogues

La NorvÚge a commencé à pousser la décriminalisation de la consommation de drogues, lorsque la majorité de son parlement a décidé de se concentrer sur le traitement des toxicomanes plutÎt que sur la punition. «La majorité au parlement a demandé au gouvernement de préparer la réforme», a déclaré un porte-parole de la législature norvégienne. «Cela a déclenché un processus politique», a-t-il déclaré. Mais il a averti que «c'est juste le point de départ», et qu'il n'y a pas encore de législation.

La majorité veut «cesser de punir les personnes qui luttent, mais plutÎt leur donner de l'aide et des traitements», a déclaré Nicolas Wilkinson aux journalistes, porte-parole du parti SV en matiÚre de santé au parlement. Il a dit que l'effort se concentrera sur les programmes de traitement et de suivi. Les députés ont souligné qu'ils ne veulent pas légaliser les drogues, mais seulement la dépénaliser. «Le changement prendra du temps, mais cela signifie un changement de vision.»

Newsweek du 14 DĂ©cembre 2017

En bref

🌐 OMS — Le CBD ne devrait pas ĂȘtre inscrit sur la liste internationale en tant que substance contrĂŽlĂ©e

Lors de sa réunion de Novembre 2017, le Comité d'Experts de l'OMS sur la pharmacodépendance (ECDD) a conclu que le cannabidiol (CBD) ne semble pas avoir un potentiel d'abus ou causer des dommages. Le CBD n'est pas actuellement une substance classifiée et les informations actuelles ne justifient pas un changement dans cette position d'ordonnancement.

Organisation Mondiale de la Santé, Décembre 2017

🌐 Mexique — Le Mexique lĂ©galisera la vente de mĂ©dicaments Ă  base de cannabis en 2018

Le 20 DĂ©cembre le gouvernement du Mexique a annoncĂ© qu’il lĂ©galisera les ventes de mĂ©dicaments Ă  base de cannabis, d'aliments, de boissons, de cosmĂ©tiques et d'autres produits au dĂ©but de l'annĂ©e prochaine.

Reuters du 21 DĂ©cembre 2017

đŸ·ïž Science/Homme — Pas plus d'un quart des patients recevant un traitement Ă  base de cannabis peuvent en dĂ©velopper une utilisation problĂ©matique

Dans une étude auprÚs de 265 patients, qui ont reçu des cannabinoïdes oraux et qui ont été testés aprÚs 3, 6 et 12 mois, un maximum d'environ 25% des patients ont montré une utilisation problématique des cannabinoïdes. Le risque était plus élevé chez les patients ayant des problÚmes psychiatriques, des antécédents de tabagisme et d'usage récréatif de cannabis.

Département d'Anesthésie, Faculté de Médecine, Université McGill, Montréal, Canada.

Ware MA, et al. Psychopharmacology (Berl). 17 DĂ©c 2017. [in press]

đŸ·ïž Science/Homme — Une altĂ©ration du systĂšme endocannabinoĂŻde peut contribuer au dĂ©veloppement de la schizophrĂ©nie

Les chercheurs ont étudié des échantillons de cerveau de personnes atteintes de schizophrénie ou de dépression et ont découvert qu'une certaine altération du systÚme endocannabinoïde peut contribuer au développement de la schizophrénie et de la dépression en modifiant la présence de certaines protéines de signalisation.

Institut Cajal, CSIC, Madrid, Espagne.

Rodríguez-Muñoz M, et al. Transl Psychiatry. 2017;7(12):1291.

đŸ·ïž Science/Animal — Le bĂȘta-caryophyllĂšne sans effets secondaires lors d’une Ă©tude animale

De fortes doses de bĂȘta-caryophyllĂšne n'ont pas provoquĂ© d'effets toxiques chez les souris. Les chercheurs ont utilisĂ© jusqu'Ă  2000 mg/kg de poids corporel. Le bĂȘta-caryophyllĂšne se lie au rĂ©cepteur CB2.

Université Fédérale de Piauí, Teresina, Brésil.

Oliveira GLDS, et al. Regul Toxicol Pharmacol. 16 DĂ©c 2017. [in press]

đŸ·ïž Science/Animal — Les effets analgĂ©siques de la kĂ©tamine impliquent le systĂšme endocannabinoĂŻde

Lors d’une Ă©tude avec des rats, les chercheurs ont dĂ©montrĂ© que les effets analgĂ©siques de la kĂ©tamine aprĂšs son injection dans les pattes Ă©taient associĂ©s Ă  une augmentation de l'endocannabinoĂŻde anandamide (arachidonoyl Ă©thanolamide). Les chercheurs ont conclu que les effets analgĂ©siques pĂ©riphĂ©riques de la kĂ©tamine impliquent l'anandamide et le rĂ©cepteur CB1.

Institut des Sciences Biologiques, Université Fédérale de Minas Gerais, Brésil.

Ferreira RCM, et al. J Pain. 13 DĂ©c 2017. [in press]

đŸ·ïž Science/Homme — Un inhibiteur de la FAAH n'a pas rĂ©duit la douleur chez les sujets sains

Dans une Ă©tude en double aveugle avec 25 femmes en bonne santĂ©, un modulateur synthĂ©tique du systĂšme endocannabinoĂŻde (ASP8477) Ă  la dose de 100 mg n'Ă©tait pas supĂ©rieur au placebo pour rĂ©duire la douleur causĂ©e par la capsaĂŻcine sur la peau. L’ASP8477 inhibe la dĂ©gradation de l'endocannabinoĂŻde anandamide par l'inhibition de FAAH, l'enzyme responsable de la dĂ©gradation de cet endocannabinoĂŻde.

Recherche de Pharmacodynamique Humaine Dr. Schaffler GmbH, Munich, Allemagne.

Schaffler K, et al. Pain Med. 8 DĂ©c 2017. [in press]