Publié
DerniĂšre actualisation
temps de lecture

IACM-Bulletin du 12 septembre 2005

Authors

🌐 Etats-Unis — le NIDA rejette une Ă©tude sur du cannabis en spray

Un protocole scientifique visant à étudier les types d'émissions produites par du cannabis en spray a été rejeté par le National Institute on Drug Abuse (NIDA) aprÚs un report légal de 18 mois. Dans son courrier signifiant le rejet du protocole, le NIDA avance que l'étude « ne contribuerait pas à enrichir de maniÚre significative la base des connaissances scientifiques ».

Le protocole soumis au NIDA en fĂ©vrier 2004 au nom des Chemic Laboratories dans le Massachusetts, visait Ă  obtenir 10 grammes de marijuana auprĂšs de ladite agence afin que les chercheurs puissent mener Ă  bien une Ă©valuation chimique du processus de vaporisation de cannabis. Du fait que le NIDA contrĂŽle le seul canal de distribution de cannabis aux Etats-Unis, son refus empĂȘche concrĂštement la mise en oeuvre de l'Ă©tude . L'Ă©tude sur la vaporisation vise Ă  dĂ©velopper un systĂšme de distribution auprĂšs des patients recourant Ă  la marijuana mĂ©dicale sans qu'ils aient besoin de fumer.

En 1999, une revue sur la marijuana et la santé menée par l'Institut de médecine de l'académie américaine des sciences avait mené le gouvernement à entreprendre des recherches sur des systÚmes de distribution de cannabis sans fumée et rapidement opérationnels, du fait que les études ont montré que la vaporisation supprime les toxines respiratoires en chauffant le cannabis à une température à laquelle les vapeurs de cannabinoïdes se forment (typiquement autour de 180-190°C) mais en-dessous du point de combustion au niveau duquel la fumée nocive et les toxines associées (par exemple des hydrocarbures carcinogénétiques) se forment (à prÚs de 230°C).

(Source: Communiqué de Presse du CaliforniaNORML du 25 août 2005)

🌐 Etats-Unis — la police autorise les patients Califoriens à transporter du cannabis dans leur voiture

Un nouveau rÚglement de la police routiÚre de Californie (California Highway Patrol, CHP) permet à présent aux patients se déplaçant sur les routes de l'état de transporter jusqu'à 8 onces (environ 225 grammes) de cannabis s'ils sont détenteurs d'une carte d'identification d'utilisateur certifié ou d'une autorisation écrite d'un médecin.

Une circulaire adressĂ©e aux fonctionnaires du CHP stipule qu'un « individu doit ĂȘtre relĂąchĂ© et que la marijuana ne doit pas ĂȘtre saisie » si la personne est autorisĂ©e selon la loi de l'Ă©tat Ă  dĂ©tenir de la marijuana Ă  des fins mĂ©dicales. Elle prĂ©cise Ă©galement que les fonctionnaires « ne doivent pas procĂ©der Ă  des contrĂŽles routiers dans le but premier de lutter contre la consommation de drogues » lorsque celle-ci concerne l'utilisation autorisĂ©e de cannabis mĂ©dical. Bien que les donnĂ©es disponibles sur les arrestations soient incomplĂštes, les dĂ©fenseurs du cannabis mĂ©dical soulignent que la police routiĂšre a Ă©tĂ© responsable de plus d'arrestations de patients et de donneurs de soins que toute autre organe de l'Ă©tat.

Le porte-parole du CHP, Joe Whiteford, note que les autoritĂ©s chargĂ©es de faire appliquer la loi, au dĂ©part, ne savaient pas exactement comment interprĂ©ter le jugement de la cour suprĂȘme des Etats-Unis. En Juin 2005, la cour a jugĂ© que les utilisateurs de cannabis mĂ©dical dans une douzaine d'Ă©tats, dont la Californie, ne sont pas protĂ©gĂ©s contre des poursuites fĂ©dĂ©rales. Cependant, les magistrats ne se sont pas prononcĂ©s sur la loi de l'Ă©tat entrĂ©e en vigueur en 1996 lĂ©galisant le cannabis mĂ©dical.

Au cours d'un confĂ©rence de presse Ă  l'initiative d'Americans for Safe Access, les patients et leurs dĂ©fenseurs ont parlĂ© d'avancĂ©e au sujet du changement de politique et ont prĂ©dit que d'autres organismes chargĂ©s de l'application de la loi allaient suivre dans le mĂȘme sens.

(Sources: Associated Press du 28 août 2005, New York Times du 30 août 2005)

En bref

🌐 Etats-Unis — JAMA calls for reclassification

Un éditorial du Journal of the American Medical Association (JAMA) appelle à une reclassification du cannabis afin de légaliser son usage médical. « Une régulation convenable de la marijuana médicale requiÚre une vision clairvoyante du gouvernement basée sur la santé publique, un agenda de recherche rigoureux, une relation médecin-patient confidentielle et un respect des patients qui cherchent à soulager leur douleur » précise l'éditorial. « Une premiÚre étape consisterait à reclassifier la marijuana comme drogue de classe II, à l'instar des substances de classe II que sont la cocaïne et la morphine, cela correspondant bien à la définition statutaire de présenter 'une utilisation médicale couramment acceptée associée à de sévÚres restrictions.' Ceci permettrait des prescriptions médicales soumises à une réglementation stricte sans interférer indûment avec la politique concernant les drogues. » (Source: Lawrence O. Gostin, JD. JAMA 2005;294:842-844)

🌐 Etats-Unis — extrait de Cannabis

Le 25 aoĂ»t, Brian Bayley, avocat de la DEA (Drug Enforcement Administration), a soulignĂ© au cours d'une audience tenue dans les quartiers gĂ©nĂ©raux de la DEA Ă  Arlington (Virginie) que le Dr. Mahmoud ElSohly, Ă  la tĂȘte de la ferme de cannabis de l'UniversitĂ© du Mississippi, s'est vu octroyer une licence de la DEA afin d'extraire du cannabis Ă  partir du cannabis NIDA. Il travaillera conjointement avec Mallinckrodt Pharmaceuticals. M. Bayley ajoute qu'ils envisagent de produire un extrait avec lequel Mallinckrodt souhaite effectuer des recherches cliniques et « lancer un produit qualifĂ©, en l'absence de meilleure dĂ©nomination, de dronabinol naturel ». (Source: Transcription des propos de Brian Bayley du 25 aoĂ»t 2005, au sujet de Lyle E. Craker)

🌐 Royaume-Uni — arrestations de THC4MS

Trois membres de THC4MS, un groupe qui fournit une prĂ©paration de cannabis Ă  des personnes souffrant de sclĂ©rose en plaques ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s et inculpĂ©s de trafic de cannabis. Selon le groupe, THC4MS a envoyĂ© plus de 33 000 barres de chocolat CannaBiz Ă  plus de 1600 patients atteints de sclĂ©rose en plaques au cours des 10 derniĂšres annĂ©es. Lelzey Gibson, Mark Gibson et Marcus Davies encourent une peine de 1 Ă  4 ans de prison (Source: www.thc4ms.org)

🌐 Etats-Unis — Cour suprĂȘme

Le juge de la Cour suprĂȘme, John Paul Stevens, a qualifiĂ© le dernier jugement de la Cour suprĂȘme de juin 2005 sur le cannabis mĂ©dical de « peu sage ». Au cours d'une confĂ©rence du barreau amĂ©ricain tenue Ă  Las Vegas, il a prĂ©cisĂ© que le jugement dĂ©coulait cependant strictement de la loi. M. Stevens a dĂ» se prononcer en faveur du droit du gouvernement fĂ©dĂ©ral Ă  poursuivre les patients consommant du cannabis Ă  des fins mĂ©dicales dans des Ă©tats oĂč cela est autorisĂ© par les lois de l'Ă©tat. Il souligne que les juges ont souvent dĂ» faire face Ă  un conflit entre leurs propres prĂ©fĂ©rences en matiĂšre de politique publique et les dĂ©cisions qu'ils se voyaient obligĂ©s d'adopter conformĂ©ment Ă  la loi. (Source: New York Times du 25 aoĂ»t 2005)

đŸ·ïž Science — douleur

Des chercheurs de l'Université de Georgie ont démontré qu'un blocage de la dégradation d'endocannabinoïdes augmentait l'analgésie induite par le stress. Ils ont inhibé l'enzyme qui dégrade les endocannabinoïdes, la FAAH (acide gras amidohydrolase). Cet effet a été aboli par un antagoniste récepteur CB1, ce qui suggÚre que les récepteurs CB1 servent de médiateurs pour cette forme d'analgésie. (Source: Suplita RL 2nd et al. Neuropharmacology 25 août 2005; [publication électronique avant impression])

đŸ·ïž Science — THC for inhalation

Des chercheurs nĂ©erlandais de l'UniversitĂ© de Groningue ont dĂ©veloppĂ© une poudre de THC adaptĂ©e pour l'inhalation. Des solutions de THC et d'inuline dans un mĂ©lange de butanol tertiaire et d'eau ont Ă©tĂ© gelĂ©s et sĂ©chĂ©s Ă  des fins de vaporisation. Ils prĂ©cisent que « les taux de refroidissement Ă©levĂ©s au cours du processus de congĂ©lation ont eu pour rĂ©sultat une stabilisation efficace du THC. Les poudres peuvent ĂȘtre conditionnĂ©es dans des aĂ©rosols dont la taille de particule est appropriĂ©e Ă  l'inhalation » (Source: van Drooge DJ et al. Eur J Pharm Sci 2005;26(2):231-40)