[Back to œ Overwiew]  [IACM Homepage]


IACM-Bulletin du 25 Septembre 2017

Science/Homme: Les utilisateurs de cannabis ont des symptômes moins graves de pancréatite alcoolique

D’après une étude sur des patients atteints de formes aiguës de pancréatite alcoolique, les utilisateurs de cannabis présentent des symptômes moins graves que ceux qui n’en consomment pas. Les chercheurs de la Faculté de Médecine de l'Université Mercer à Macon, aux États-Unis, ont analysé les données des patients ayant reçu un diagnostic principal ou secondaire de pancréatite alcoolique entre janvier 2006 et décembre 2015.

Dans les registres, 38 patients sont liés à l’utilisation de cannabis et 76 ont été testés négatifs au THC. L’étude montre que chez les patients positifs au cannabis il y a un plus faible pourcentage de syndrome de réponse inflammatoire systémique (SRIS) ainsi qu'un score du BISAP moins élevé, une méthode pour l’identification de la mortalité pour cause pancréatique. Il y avait également un niveau significativement plus faible d'azote d’urée sanguine, ce qui est une mesure de l'insuffisance rénale ou hépatique. Les auteurs ont conclu que «le cannabis pourrait moduler l'effet inflammatoire de l'alcool sur le pancréas».

Goyal H, Guerreso K, Smith B, Harper K, Patel S, Patel A, Parikh P. Severity and outcomes of acute alcoholic pancreatitis in cannabis users. Transl Gastroenterol Hepatol. 2017;2:60.

Science/Homme: Une application topique du cannabis réduit la douleur liée aux lésions dans une petite série de cas

Selon un rapport de chercheurs à l’Université de Toronto, le traitement des lésions causées par pyoderma gangrenosum avec une application topique de cannabis réduit la douleur ainsi que la consommation d’opioïdes chez trois patients. Pour ce cas particulier, le cannabis était mélangé à une huile de tournesol biologique.

Les auteurs ont remarqué que “la méthode idéale pour soulager la douleur des patients qui souffrent de lésions c’est l’application topique. En effet, c’est une méthode non invasive, qui limite les effets indésirables généraux, qui peut être auto administrée et qui a une action analgésique rapide. Les extraits dérivés de la plante du cannabis ont été appliqués sur les lésions depuis des milliers d’années.” Les chercheurs concluent de leurs observations que le cannabis a le "potentiel d’améliorer la gestion de la douleur chez les patients souffrants de tous types de lésions.”

Maida V, Corban J. Topical Medical Cannabis (TMC): A new treatment for wound pain-Three cases of Pyoderma Gangrenosum. J Pain Symptom Manage. 14 Août 2017. [in press]

Science/Homme: L’utilisation du cannabis serait associée à une réduction des morts prématurées

D’après un examen de Thomas M. Clark, le Président du Département de Biologie à l’Université d’Indiana à South Bend États-Unis, l’utilisation du cannabis est associé à une réduction significative des morts prématurées aux États-Unis d’Amérique. Selon ses analyses, l’utilisation du cannabis est associée à une baisse des taux d’obésité, de diabète sucré, de mortalité due aux traumatismes crâniens, de consommation d’alcool, de prescription de médicaments, de mort sur la route et des décès par overdose d’opioïdes. Cet examen n’a pas pu aller plus loin, soumis à la critique d’autres scientifiques, les résultats et conclusions n’ont pas pu être vérifiés lors de recherches plus approfondies.

Il écrit que “l’analyse prévoit une estimation de 23 500 à 47 500 de décès évités par an si le cannabis médical était légalisé sur tout le territoire des États-Unis. Un nombre d’autres causes de décès prématurés qui auraient pu être réduits par le cannabis, ont été trouvés, mais ont été exclus de l’analyse par manque de données. Nos estimations sous-évaluent donc sensiblement l’impact du cannabis sur les morts prématurées.”

Clark TM. Cannabis use is associated with a substantial reduction in premature deaths in the United States. Indiana University South Bend.2017

En bref

Inde: Une compagnie de chanvre souhaite se lancer dans les extractions de CBD
Une semaine après que la Ministre des femmes et du Développement de l'enfant, Maneka Gandhi, ait suggéré que l’utilisation médicale du cannabis devrait être légalisée en Inde, le gouvernement a émis la toute première autorisation pour cultiver et étudier les propriétés médicales du cannabis. Cependant, cette autorisation est limitée au chanvre et à l’extraction de CBD. Il n’y a donc pas véritablement d’avancée sur la légalisation du cannabis à usage thérapeutique.
Bombay Hemp Company To Develop Cannabis Based Medicine
Medicine Marijuana?

Science/Animal: Le THCA pourrait protéger les cellules nerveuses.
THCA (THC acide) a montré une activité neuroprotectrice prometteuse chez les souris et cet effet est médié par l’activation du récepteur gamma PPAR. Les auteurs ont écrit que l’activité neuroprotectrice du THCA “mérite d’être considérée dans le traitement pour la maladie de Huntington et certainement d’autres maladies neurodégénératives et neuroinflammtoire.”
Recherhe Phytoplante SL, Córdoba, Espagne.
Nadal X, et al. Br J Pharmacol.29 Août 2017. [in press]

Science/Homme: Le cannabis n’a pas d’effets négatifs sur le système immunitaire des patients atteints du VIH
Des recherches ont examiné le nombre de lymphocytes auprès de 70 patients testés négatifs au test urinaire de THC et 25 patients testés positifs au THC. Les patients THC-positifs ont un nombre plus important de CD4+ et CD8+ que leurs homologues testés THC-négatifs. Les auteurs ont conclu que la consommation de THC n’endommage pas la fonction du système immunitaire.
Département de Psychologie, Université de l’État de Virginie, États-Unis.
Keen L 2nd, et al. Drug Alcohol Depend. 2017;180:22-25.

Science/Homme: Les personnes à tendance dépressive consomment souvent du cannabis
Sur un échantillon de 28 557 adultes qui dissent avoir consommé du cannabis dans les 30 derniers jours, la dépression a été associé aux troubles liés à l’utilisation de cannabis. Les auteurs ont écrit que «la dépression est un facteur de risque cohérent aux symptômes du trouble de l'usage de la marijuana au-delà de l'exposition à la marijuana». Une des explications serait que les personnes dépressives trouvent un soulagement dans la consommation de cannabis.
Département psychologique, Université de Wesleyan, États-Unis.
Dierker L, et al Addict Behav. 2017;76:161-168.

Science/Homme: La composition des protéines présentes dans l’urine indique un rôle éventuel des cannabinoïdes dans le traitement des maladies des voies urinaires.
Des échantillons d'urine provenant de sujets témoins sains et d'utilisateurs de cannabis ont été utilisés pour identifier les différences de nombre et de quantité de protéines d'urine. Les chercheurs ont trouvé un important nombre de protéines présentes ou absentes uniquement chez les consommateurs de cannabis. Ils en concluent que leur étude permet “de fournir les connaissances pour les futures analyses sur le rôle éventuel des exocannabinoïdes dans le développement des thérapies intravésiques pour traiter les troubles des VUI (voies urinaires inférieures).”
Université de Colorado, Aurora, États-Unis.
Nedumaran B, et al. Urology. 18 Août 2017. [in press]

Un coup d'œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

[Back to Overwiew]  [IACM Homepage]


up

Déclaration

Déclaration des Droits de l’Homme en faveur de l’accès médical au cannabis et aux cannabinoïdes

Indica

A new article in Cannabinoids by Jacob Erkelens and Arno Hazekamp on Cannabis Indica.

Conférence IACM 2013

7th Conference on Cannabinoids in Medicine



Photos  
Videos online
Abstract book

IACM on Twitter

Follow us on twitter @IACM_Bulletin where you can send us inquiries and receive updates on research studies and news articles.