[Back to œ Overwiew]  [IACM Homepage]


IACM-Bulletin du 09 Novembre 2015

Australie: Le gouvernement veut autoriser la culture du cannabis afin de le vendre en pharmacie

Le gouvernement australien a indiqué, le 17 octobre 2015, vouloir modifier la législation sur les drogues afin de permettre la culture de cannabis destiné à la médecine et la recherche scientifique. « Les projets d’amendements à la loi Narcotics Drugs Act sont actuellement finalisés pour permettre le contrôle de la culture et pour donner aux patients un accès sans risque, légal et suivi de cannabis cultivé sur le sol national,» a indiqué Sussan Ley, ministre de la Santé. Les fabricants australiens, les chercheurs et les patients doivent actuellement avoir recours à des fournisseurs internationaux : le coût, les quantités limitées et les barrières douanières rendent l’accès à ce produit difficile.

La culture contrôlée du cannabis en Australie complètera le puzzle depuzzle de législation existante et permettra ainsi de produire et fournir des produits à base de cannabis. La production personnelle reste interdite, a indiqué la ministre. Le gouvernement s’assurera que la culture du cannabis en Australie est en accord avec les obligations internationales et que les productions agricoles pourvoiront aux besoins des pharmacies.

Reuters du 17 octobre 2015

Science/Homme: Pour les douleurs du cancer, les résultats des deux études cliniques portant sur un extrait de cannabis sont mitigés

Le 27 octobre, les compagnies GW Pharmaceuticals et Otsuka Pharmaceutical ont indiqué leurs résultats de la phase 3 des essais relatifs à leur extrait de cannabis Sativex dans le traitement de la douleur des patients présentant un cancer à un stade avancé et qui n’ont pas été suffisamment soulagés par une thérapie puissante à base d’opioïdes. De la même manière que lors du premier essai, le Sativex n’a pas satisfait le paramètre principal. Pourtant, une analyse des patients au cours des phases 2 et 3 de ces essais (qui n’incluaient que des sites cliniques aux Etats-Unis,) a montré une amélioration statistiquement significative de l’état de la douleur, en comparaison du placébo, et des améliorations de la qualité du sommeil, ainsi que d’autres paramètres secondaires significatifs. L’essai 2 incluait 397 patients provenant de sites situés aux Etats-Unis, au Mexique et en EURope. Les patients ont reçu du Sativex ou un placébo en traitement d’appoint afin d’optimiser la thérapie à base d’opioïdes qui a été administrée, pendant l’étude, aux mêmes doses. Une troisième étude (essai 3) conduite entièrement à l’extérieur des Etats-Unis, et qui a utilisé une conception clinique différente n’a pas montré de distinction avec le placébo à propos du premier paramètre.

« Alors que l’ensemble des résultats est décevant, et pas complètement cohérent avec l’expérience clinique. lls suggèrent que le Sativex pourrait jouer un rôle utile pour traiter certains sous-groupes de patients cancéreux à un stade avancé qui ont épuisé tous les traitements à base d’opioïdes, » a indiqué le docteur Marie Fallon, Professeur de soins palliatifs, à l’Université d’Edinburgh, ainsi qu’un chercheur dans la phase 3 du programme. En particulier, les patients américains participant à ce programme ont montré une amélioration thérapeutique alors que les résultats des patients EURopéens n’étaient pas favorables. Les patients américains étaient moins fragiles, donc l’intervention du Sativex a produit moins de « bruit », permettant des résultats plus clairs et une orientation précieuse quant à la détermination de la population cible la plus optimale pour le Sativex. »

Communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 27 october 2015

Canada: Le parti libéral, qui veut légaliser le cannabis, gagne les élections

Au Canada, le parti libéral a gagné les élections du 19 octobre, avec 184 sièges au parlement. La majorité était de 170 sièges (338 sièges dans la chambre basse). Leur programme incluait notamment la légalisation de la marijuana. « Nous légaliserons et légiférerons et restreindrons l’accès à la marijuana, » indiquait leur manifeste.

« L’actuel système de la prohibition ne marche pas. Il n’arrête pas les populations jeunes de consommer de la marijuana, et bien trop de Canadiens se retrouvent avec un casier judiciaire pour possession d’une petite quantité. La poursuite de ces infractions coute cher à notre système judiciaire qui enferme trop de citoyens pour des délits mineurs et sans caractère violent. Parallèlement, les recettes du trafic illégal des drogues soutiennent le crime organisé et d’autres risques à la Santé publique, comme le trafic humain et les drogues dures. Afin de s’assurer de garder la marijuana loin des enfants, et les profits loin des poches des criminels, nous légaliserons, légifèrerons et restreindrons l’accès à la marijuana. »

Manifesto of the Liberal Party on marijuana

En bref

Science/Homme: D’après un rapport de cas, la consommation de cannabis pourrait faire diminuer la consommation d’opioïdes
Un homme de 57 ans, qui a bénéficié d’une transplantation du foie et qui prenait de fortes doses d’Hydromorphone pour des douleurs abdominales chroniques avant l’acte de chirurgie, a pu réduire la dose d’opioïdes en l’espace de cinq mois en consommant du cannabis. Les auteurs ont écrit que « les bénéfices concomitants de prise de cannabis pourraient inclure des améliorations relatives au profil de la douleur et de l’état fonctionnel, ainsi qu’aux effets secondaires liés aux opioïdes. Ce qui souligne le potentiel du cannabis médical comme traitement complémentaire pour les patients en état de sevrage de la consommation d’opioïdes. »
Department of Anesthesia, University of Toronto, Canada.
Meng H, et al. Can J Anaesth. 27 octobre 2015. [sous presse]

Science: Demande de participation pour un sondage relatif au cannabis et à la nourriture
L’Institute of Psychology, Health and Society de l’Université de Liverpool organise une étude sur le cannabis et la nourriture. Les participants doivent avoir plus de 18 ans et avoir consommé du cannabis au moins une fois pendant les six derniers mois.
Link to the survey

Monde: Une tentative de décriminalisation des Nations Unies contrecarrée
Une tentative des Nations Unies auprès des pays membres, afin de décriminaliser la possession et la consommation de toutes drogues, a été contrecarrée, a indiqué la BBC. Un article de l’Office on Drugs and Crime (UNODC) des Nations Unies a été retiré à la suite de pressions d’au moins un pays. Le document, qui a fait l’objet d’une fuite, recommandait aux membres des Nations Unies de considérer la « décriminalisation et la possession de drogues destinées à la consommation personnelle. » Il était indiqué que l’arrestation et l’incarcération étaient des mesures disproportionnées.
BBC du 19 octobre 2015

Science/Animal: Comment le système endocannabinoïde pourrait être impliqué dans l’autisme
Une étude sur des souris suggère que l’activation des récepteurs CB1 par l’endocannabinoïde anandamide, qui implique l’hormone oxytocine, contrôle la récompense de l’interaction sociale. Les auteurs ont écrit que « les déficits du mécanisme de signalisation pourrait contribuer à la déficience sociale des troubles du spectre autiste, et pourrait présenter une voie royale pour le traitement de cette pathologie. »
Department of Anatomy and Neurobiology, University of California, Irvine, ETATS-UNIS.
Wei D, et al. Proc Natl Acad Sci U S A. 26 octobre 2015. [sous presse]

Science/Cellules: Le CBD pourrait améliorer la fonction de la barrière hémato-encéphalique
Dans le modèle cellulaire de la barrière hémato-encéphalique, le CBD a empêché la croissance de la perméabilité causée par la privation d’oxygène et de glucose. Cet effet a été transmis par le récepteur PPAR-Gamma et par le récepteur 5-HT1A. Les auteurs ont conclu que « ces données suggèrent que l’activité de la barrière hémato-encéphalique pourrait représenter un mécanisme non reconnu à ce jour de neuro-protection par le CBD induit de l’AVC ischémique. »
School of Medicine, University of Nottingham, Royal Derby Hospital, Royaume-Uni.
Hind WH, et al. Br J Pharmacol.24 octobre 2015. [sous presse]

Science/Homme: Chez la souris, une crème à base de CBD a amélioré les symptômes de la sclérose en plaques
Des chercheurs se sont intéressés à l’efficacité de la nouvelle formule de cannabidiol (CBD) comme traitement local d’un modèle expérimental de l’encéphalomyélitis auto-immune, un modèle de la sclérose en plaques.
Les résultats ont montré que le traitement quotidien avec une crème en application topique à 1 % de CBD pourrait exercer des effets neuro-protecteurs, faire diminuer le score clinique de la maladie, en recouvrement de la paralysie des pattes arrière. Le CBD présente des effets significatifs sur les paramètres de l’inflammation.
IRCCS Centro Neurolesi "Bonino-Pulejo", Messina, Italie.
Giacoppo S, et al. Daru 2015;23(1):48.

Science/Animal: Les effets protecteurs de la silymarine sur le foie implique les récepteurs cannabinoïdes
La silymarine, un extrait du lait du chardon Marie (Silybum marianum) augmente le nombre de récepteurs CB2 et réduit le nombre de récepteurs CB1. Les chercheurs ont montré qu’ils ont identifié un nouveau mécanisme de l’effet hépatoprotecteur de la silymarine via la modulation des récepteurs cannabinoïdes de la rate fibreuse. »
Department of Biochemistry, Faculty of Pharmacy, Zagazig University, Égyptien.
El Swefy S, et al. Naunyn Schmiedebergs Arch Pharmacol. 16 octobre 2015. [sous presse]

Science/Animal: Dans le modèle animal de la schizophrénie, le THC et les endocannabinoïdes agissent différemment
Se servant du modèle animal de la schizophrénie, des chercheurs ont comparé les effets sur l’activité neuronale de l’activité de l’administration systématique de THC avec une substance (URB597), qui inhibe la dégradation de l’anandamide. Ils ont repéré différents effets sur le cerveau et ont conclu qu’ « une telle information est importante pour comprendre pourquoi la marijuana et l’usage d’un cannabinoïde synthétique peuvent être contre-indiqués pour des patients schizophrènes , alors qu’une amélioration par les endocannabinoïdes peut fournir une nouvelle approche thérapeutique. »
Department of Pharmacology and Center for Biomedical Neuroscience, University of Texas Health Science Center San Antonio, Etats-Unis.
Aguilar DD, et al. J Psychopharmacol. 28 octobre 2015. [sous presse]

Science/Homme: Lors d’une étude clinique, il n’a été observé aucun effet de la dose unique deTHC administrée pour traiter la douleur abdominale résultant d’une pancréatite chronique
Pour les 24 patients qui souffraient de douleurs abdominals causées par une pancréatite chronique, et qui ont reçu une dose de 8 mg de THC ou 5 ou 10 mg de diazepam en essai croisé, il n’a pas été trouvé de différence significative quant à l’intensité de la douleur, la vivacité, l’humeur, le calme et l’équilibre. Les auteurs ont écrit qu’une simple dose de delta-9-THC n’était as efficace pour réduire la douleur chronique due à une pancréatite chronique, mais était bien tolérée, avec seulement des effets contraires modérés. »
Department of Surgery, Radboud University Medical Center, Nijmegen, Hollande.
de Vries M, et al. Br J Clin Pharmacol. 27 octobre 2015. [sous presse]

Science/Homme: La nabilone n’a pas réduit la douleur et les nausées des patients atteints de cancer du cou et de la tête
Il a été administré à 56 patients traités pour un cancer du cou et de la tête de la nabilone ou un placébo pendant et après la radiothérapie. Ils n’ont pu bénéficier d’aucun effet du cannabinoïde qui agit de manière similaire au THC. La nabilone n’a eu aucun effet sur la qualité de la vie, de la douleur, des nausées, de l’appétit, du poids, de l’humeur et du sommeil. Les auteurs ont conclu qu’au dosage administré de nabilone, comparé au placébo, n’était pas assez puissant pour améliorer la qualité de vie des patients.
Canada Faculty of Medicine, Laval University, Québec, Canada.
Côté M, et al. Ann Otol Rhinol Laryngol. 25 octobre 2015. [sous presse]

Science/Homme: Des doses fortes de THC pourraient entrainer des effets secondaires significatifs
Dans une étude contrôlée par placébo sur douze patients dépendant aux opioïdes, et qui ont continué à prendre des opioïdes, 40 mg de THC ont causé une accélération du rythme cardiaque, et de l’anxiété, ce qui a donc conduit à une diminution de la dose. Ces effets avaient déjà été observés après l’administration à un patient de 20 mg de THC. Cette étude souligne la nécessité de trouver la bonne dose de THC pour chaque patient.
University of Kentucky College of Medicine, Center on Drug and Alcohol Research, Lexington, Etats-Unis.
Jicha CJ, et al. Drug Alcohol Depend. 9 octobre 2015 Oct 9. [sous presse]

Un coup d'œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

[Back to Overwiew]  [IACM Homepage]


up

Déclaration

Déclaration des Droits de l’Homme en faveur de l’accès médical au cannabis et aux cannabinoïdes

Indica

A new article in Cannabinoids by Jacob Erkelens and Arno Hazekamp on Cannabis Indica.

Conférence IACM 2013

7th Conference on Cannabinoids in Medicine



Photos  
Videos online
Abstract book

IACM on Twitter

Follow us on twitter @IACM_Bulletin where you can send us inquiries and receive updates on research studies and news articles.